29/12/2016 - Pas simple d'être curé au XXIe siécle !


Jadis, dans beaucoup de nos paroisses, nous avions des curés autoritaires ; reconnaissons-le souvent à l’excès. Dès le début du XXe siècle, l’Eglise a voulu donner une mission concrète aux fidèles (Action catholique, apostolat de la prière …). Il s’agit là d’une magnifique initiative !  Mais les temps ont bien changé…  Aujourd’hui dans de nombreuses paroisses, nous pouvons constater que le curé n’a plus rien à dire et que ce sont les laïcs qui dirigent les prêtres avec une autorité redoutable. Le couronnement du cléricalisme par les laïcs est apparu avec la création des « équipes liturgiques ». Un prêtre témoignait dernièrement : « Dans ma propre paroisse, je ne peux même pas choisir la prière eucharistique que je souhaite prendre et  l’équipe liturgique ne me laisse pas encenser pour les solennités …  Si j’impose mes choix, je me retrouve seul. Personne ne s’opposera à la dictature de l’équipe liturgique». 

Nous vivons une époque bien difficile et nous arrivons à nous poser la question suivante : nos paroisses sont-elles toujours gérables ?  Le prêtre donne sa vie pour le Christ, pour les hommes, pour être un « alter Christus » dans notre époque. Il nous apporte « Dieu » en nous administrant les sacrements, en réveillant notre foi, en annonçant le chemin du salut. Chaque prêtre a sa personnalité, ses qualités et ses défauts, mais n’oublions jamais qu’il est là pour nous (l’évêque l’envoie, il lui confie un territoire pour que  le prêtre (le curé) prenne soin de nos âmes).

Fidèles (laïcs), réveillons-nous ! Soyons pour nos prêtres une source d’encouragements et de bienveillance ! Faisons en sorte qu’ils puissent s’épanouir humainement et spirituellement dans nos paroisses ! Et surtout qu’ils puissent compter sur nos prières quotidiennes et sur nos bras pour les aider !