21/12/2016 - "Préface" de Paul Claudel


Préface
Les deux pieds solidement assurés sur la base inébranlable de la foi, les deux bras de toute leur longueur étendus jusqu'à la mesure de la Croix, le pontife, au nom de tout ce peuple derrière lui qui le députe, lui-même à son offrande réuni, l'oeil avec tranquillité levé sur Dieu, confesse, chante et définit.
Le ciel et la terre font silence pour écouter cette voix grêle qui dit les choses l'une après l'autre qu'elle sait et Dieu à la portée de notre main devant nous qui est réel.
Et si la foi encore ne suffit pas à libérer ce corps déjà altéré d'une autre balance, si, cette gloire qui emplit l'âme, la chair opaque encore suffit à lui opposer résistance, il y a l'esprit trois fois libre déjà qui répète le mot trois fois saint, il y a, à tous les anges mêlée, la voix qui chante "Alleluia" dans le matin, il y a ces larmes solennelles qui coulent, il y a cette face qui se tourne passionnément vers l'aurore !
Il y a ces bras qui suffisent à peine à soulever cet immense vêtement d'or !
Paul Claudel, La Messe là-bas, Rio de Janeiro, mai-décembre 1917